Samedi 4 novembre 2017

l’équation économique du dernier kilomètre des courses alimentaires est compliquée à équilibrer

Amazon Fresh suspend son service dans plusieurs zones des Etats-Unis

C’est un coup de tonnerre pour cette firme qui souhaitait intégrer toutes les étapes.

Amazon Fresh suspend son service dans plusieurs zones des Etats-Unis

par Flore Fauconnier |
tags Amazon, Amazon Fresh, Commerce connecté
Publié le 03/11/2017 sur LSA (voir le lien plus bas)

Dans au moins cinq Etats américains, des clients d’Amazon ont été informés de l’arrêt, courant novembre, du service de livraison de courses alimentaires dans leur quartier, notamment à Los Angeles et Philadelphie. amazon fresh bag

Amazon a envoyé un mail à des clients de son service Fresh dans cinq Etats américains au moins, pour leur signaler qu’il le suspendrait dans leur quartier courant novembre, selon Recode. Certains de ces consommateurs habitent de grandes villes comme Los Angeles et Philadelphie. Amazon a néanmoins indiqué au site d’informations que son service de livraison de courses à domicile restait actif dans bon nombre de grandes villes comme New York, Boston ou Chicago, ainsi que dans d’autres quartiers de Philadeplphie et de Los Angeles.

Cette décision est-elle liée à l’acquisition de la chaîne de supermarchés bio Whole Foods ? L’opération, conclue en juin, avait été interprétée par certains analystes comme une preuve de la difficulté pour Amazon de développer Fresh. Lancé il y a une dizaine d’années à Seattle, le service n’avait été étendu à d’autres villes que très lentement, démontrant combien l’équation économique du dernier kilomètre des courses alimentaires est compliquée à équilibrer. Pour pouvoir espérer s’imposer durablement, Jeff Bezos aurait donc décidé de changer son fusil d’épaule et d’attaquer le marché par un nouvel angle, celui de la distribution physique et de l’omnicanal.

Dans un premier temps, cette nouvelle devrait donc faire plaisir aux distributeurs alimentaires. Certes, Amazon n’abandonne en rien ses ambitions et continue manifestement à chercher le bon modèle, de service comme de tarification. Mais il compte probablement s’appuyer davantage sur ses implantations physiques, un terrain sur lequel les retailers traditionnels peuvent encore lutter. A condition de ne pas se laisser dépasser par la capacité de la firme de Seattle à réinventer l’expérience client y compris en magasin, alimentaire ou non. Cet apparent revers de Fresh doit donc aussi servir de rappel de la puissance d’un test&learn pratiqué sans état d’âme, même à grande échelle.

Voir aussi : l’article de BFM : Amazon arrête de livrer du frais sur certaines zones des États-Unis

Le géant de l’e-commerce arrête la livraison de produits alimentaires frais sur des zones de cinq États comme la Californie (dont certains quartiers de Los Angeles) et la Pennsylvanie (sur une partie de Philadelphie). Officiellement, cet abandon n’est pas lié au rachat récent de la chaîne de produits bio Whole Foods. Pas si sûr.

Amazon revient en arrière sur un service qui a beaucoup fait pour sa renommée aux États-Unis : la livraison à domicile de produits frais. Les clients d’Amazon Fresh dans certaines zones de cinq États (New Jersey, Pennsylvanie, Delaware, Maryland, tous situés sur la côte est) et de Californie, ont été avisés que leur service de livraison s’arrêtait. Certains résidents de grandes métropoles comme Los Angeles et Philadelphie ont aussi reçu une notification sur cette arrêt, révèle le site d’informations Recode.

Un porte-parole d’Amazon a confirmé que les grandes villes comme New York, Boston, Chicago continueraient d’être servies, de même que Philadelphie et Los Angeles, sur certaines zones non-concernées par l’arrêt de Fresh. Il a également précisé que la fermeture du service Fresh sur les zones concernées n’était pas liée à l’acquisition récente des magasins Whole Foods.

Fresh avait été lancé il y a une dizaine d’années dans la région de Seattle où siège Amazon. Il n’a pas été étendu à d’autres villes des États-Unis pendant plus de cinq ans avant d’être finalement déployé progressivement par zones. Aux États-Unis, les clients Fresh paient un abonnement de 14,95 dollars par mois en plus de l’adhésion au programme Prime.

En dépit des dénégations d’Amazon, l’acquisition des magasins Whole Foods, motivée par ses difficultés à conquérir rapidement le marché de l’alimentaire avec Fresh, va forcément conduire le géant de l’e-commerce à coordonner ses deux activités et à chercher des synergies entre les deux.

En France, la société américaine a lancé en mars 2017 un service destiné à concurrencer la grande distribution. Il permet de se faire livrer plus de 3800 articles (alimentaires et non-alimentaires). Réservé aux abonnés Prime, il n’inclut toutefois pas les produits frais et surgelés.

Frédéric Bergé de BFM

Voir en ligne : Voir l’article de LSA à ce sujet : Amazon Fresh suspend son service dans plusieurs zones des Etats-Unis